Une molécule vraiment nocive à éviter : le bisphénol B

Le plastique contient assez de molécules toxiques. Ces éléments sont si dangereux que même en faible proportion, ils provoquent des problèmes assez graves à l'organisme. Le bisphénol B est l'une de ces molécules dont il faut se méfier. Cet article présente la molécule qui ne cesse d'inquiéter les autorités sanitaires européennes.

Que retenir du bisphénol B ?

Le bisphénol B est une molécule qui ressemble au bisphénol A. Ses effets nuisibles sont jugés plus graves que celle de la molécule A. C'est une réalité qui a été renforcée par des études poussées. Aujourd'hui, c'est un élément qui préoccupe le système sanitaire européen. En effet, la substance provoque une augmentation des hormones chez l'homme. Produites en grande quantité, les œstrogènes commencent à bloquer la sécrétion de testostérone.
Cela conduit logiquement à une baisse de la production de spermatozoïdes. Et ce n'est là qu'une partie de ce qu'on reproche au bisphénol B. La même molécule est à l'origine de dépressions, de cancer du sein et d'hypertension tension. Elle se retrouve malheureusement dans les objets très utilisés. Ainsi, des biberons, des emballages et des jouets, il est présent. Pour l'heure, la molécule est plutôt utilisée en Amérique. Cependant, en Europe, le nécessaire est fait pour l'éviter.

Que font les autorités sanitaires européennes face au problème ?

En Europe, la molécule a d'abord été interdite dans certains pays. La France est l'un de ces territoires où la molécule n'est pas la bienvenue. Le fait est que les pays où ils utilisent le bisphénol B envoient leurs produits vers le compte marché européen. De ce fait, le continent n'est pas tout à fait épargné du contact avec la substance. Par conséquent, les autorités ont mis les importateurs sous une contrainte. Ils doivent toujours déclarer la présence de bisphénol B dans leurs produits. Ainsi, dès qu'elle excède 0,1 % dans un produit, les autorités doivent être informées. Aussi, tout comme le bisphénol A, le bisphénol B sera enregistrée comme molécule dangereuse à éviter au maximum.